Les vraoums le concert

le cosmos

Nous, quatre individus, Maeva Cunci, Virginie Thomas, Aude Lachaise et Pauline Curnier Jardin avons décidé il y a quelques années d’exister parallèlement à chacune pour soi, en un double noble et fixe performante, dans une forme collective nommée Les VRAOUMS / « v r r r r r r r a o u m s » comme l’écriture possible du vrombrissement de la bécane de Pravda La Surviveuse, l’héroïne pop-pétroleuse de la bande-dessinée de Guy Peellaert – une femme avec les traits de la chanteuse yéyé Françoise Hardy, et puis rouge, jaune, verte et rose, purement psychédélique, voluptueuse, toujours filant des routes bleutées sur une grosse moto lilas après avoir fumé et bu des choses crépitantes / et puis un article défini pluriel LES pour nommer notre chose en forme de groupe.

Un girlsband était né.
Voilà notre pacte, mais il n’est pas dogme.
Ah ?
Moi je dis toujours que nous sommes « dada ».
Nous sommes en double.

Nous sommes deux à l’avant et deux à l’arrière mais jamais les mêmes dans un véhicule qui vraoumbrit et tourne sans arrêt, tout le temps, pas forcément vite, jusqu’à ce que l’on roule par terre de fatigue.
Voilà bien une transe que d’être 4.

Être 4, c’est une transe – il faut cette énergie, elle est assez exclusive, et nous travaillons ainsi, jusqu’à s’ébrécher ou dire n’importe quoi et cela devient une chanson, et cela ressemble à ça.

I was born having class, being so smart that my chin leads my head
And not the contrary
My hands spoke the most beautiful langage in the world, with them
I used to smoke thousand ghosts of cigarettes and built up around me a spooky scenery

You forgot about the time when you loved me
I was french I was fresh
and I didn’t get fat
and I didn’t get fat
and I didn’t get fat fat fat fat fat

Hello everybody, boys and girls, little child, dogs and grand pa, grand ma, my daughter and all men and women in this world.
Hello everybody and welcome to this lesson.
In France, you know, we live with love and fresh water. Here, in USA, you live with peace and love which is quite different.
You have the peace and we have the fresh water.
You have the big mouth, the big loud voice and we have the little one.
French Women know how to use their lips because for the French the mouth is the lips it’s the connection, the french sensuality, the French are « sensuel ».
And you know « sensuel » come from « sang » which means blood, in french.
The French are bloody like the lips, red and humid.
Why does the French woman speak so well?
Because she uses her sensuality, her bloody lips to speak with her little mouth, small outside, large inside, she never shows up her secret or if she does, it’s not with a big voice but with a murmur, it’s delicat, humid and bloody.
So if you want to speak « sensuel », use the french mouth.

Photographies © Les Vraoums ; Hadrien