Les vraoums le concert

la nature

Les Vraoums c’est une histoire
qui commence par s’écrire au coin d’un feu de cheminée sans feu
un dimanche après-midi à l’heure du thé
à chaque thé sa chanson
les chansons s’agrègent pour former un concert
chaque Vraoums a son sosie de près ou de loin
Il y a Maeva Cunci en Frida,
Aude Lachaise en David,
Pauline Curnier Jardin en Cap’tain
et Virginie Thomas en Claude
et puis

the tree in the sky
the bird in the tree
the sky is blue

the bird in the sky
the tree in the bird
the sky is blue

the sky in the tree
the bird in the sky
the tree is blue

the tree in the bird
the sky in the tree
the bird is blue

the bird in the tree
the sky in the bird
the tree is blue

the sky in the bird
the tree in the sky
the bird is blue

Hiver à Long Island. Pluie torrentielle.
A l’abri d’une maison typiquement américaine, des amis goûtent à la chaleur de ce foyer. C’est un étrange mélange de mélancolie, de chaleur et de complicité.

Soudain, une panne d’électricité. Le feu crépite encore. Le chien de Jimmy remue énergiquement la queue.
Dans un éclat de rire, Shinny tourne sa tête dans un mouvement nerveux vers le haut de la cheminée.

Le miroir s’est mis à trembler. Le buste en plâtre de Roosevelt se balance comme un culbuto. Jon a une crise d’asthme. Le chien aboit. Le buste achève son culbuto en une lente et longue chute.
Jimmy sent son coeur fouetter son sang. La gorge sèche, elle appelle faiblement Ricky.
En dessous, on entend quelque chose comme un murmure profond, un son de basse vibrant. Le miroir se décide enfin à tomber. Ricky gémit un peu plus fort.

Pam et Jon en profitent pour se rapprocher. Langoureusement, ils se tripotent dans la torpeur de la situation et la peur des démons.
Mais soudain, Jimmy râle des mots en latin et éclate d’un rire de folle, bave, et son dos se dresse pour libérer la voix d’un démon enroué par sa bouche innocente : « MMMMMMMOOOOUUUAHAHHAHAHAHHAHHAHAHAHHA ».
Et le hurlement est repris par Shinny. Et Ricky aboie comme un fou. Et Jon est au combat avec une force invisible. Et toutes les vitres de la maison se brisent faisant rentrer un vent violent et la pluie glacée.

Pam vient de faire démarrer la voiture pour s’enfuir toute seule, la garce. Elle conduit à vive allure. Click sur l’auto-radio, changements de stations successifs, les volumes diffèrent, Steppenwolf chante “Born to be wild”, elle accélère. Elle éclate en sanglot, renifle, son nez coule.
“But what happened?”

Les Vraoums à Long Island

Ma ma mort
Ma ma mort

On aurait pu dire que tu l’avais vu un soir en face comme
Un peu fatiguée de croire que tu n’étais pas toujours
Oui
Pas toujours une perle un concombre une courge
Tu n’étais pas encore tout-à-fait en face du miroir
Tu préférais le regarder de biais
Et par-derrière
De biais et par-derrière et
Fournir quelques contorsions rétablissant la vue de toi-même, à l’envers
Ma mort à l’envers

Photographies © Les Vraoums